Mon poulailler… et ma première poule !

Construction de notre poulailler !

Après avoir regardé les poulaillers vendus dans les grandes enseignes, sans grande conviction, je me suis dit : et si je le construisais moi-même ?

Ni une, ni deux, me voilà avec des chevrons, des planches, du lambris, des vis… et tous les outils nécessaires pour bien faire ! Voici l’hôtel de luxe que je proposerai à mes futures poules (je partirai sur six poules, la première ayant déjà pris possession des lieux, cf plus bas pour voir sa bouille !).

Je n’y suis pas allé à demi mots : Il fait quasiment deux mètres de haut, avec sur chaque côté un compartiment. Le premier, à gauche, servira de rangement, tandis que celui de droite contiendra les couvoirs.

La sécurité avant tout !

La sécurité avant tout !

La porte se ferme automatiquement au crépuscule et s'ouvre à l'aube. Les poules seront à l'abris des attaques de fouines et de renards !

J'ai surélevé le poulailler pour de multiples raisons : je n'aurai pas l'humidité du sol, les poules pourront se mettre en dessous si elles sont à la recherche d'ombre, je pourrai y disposer l'écuelle contenant les graines, etc...

La sécurité bis !

La sécurité bis !

De grosses charnières assurent la fermeture de la porte double qui permet d'ouvrir complètement le poulailler lorsque je procéderai au nettoyage de la litière.

Les perchoirs monarchiques

Les perchoirs monarchiques

Pour les perchoirs, j'ai simplement récupéré les branches de ma haie que j'ai taillée récemment.

Il faut savoir que les poules instaurent une certaine monarchie entre-elle. La plus forte, soumet les autres, et se perche généralement au plus haut dans le poulailler (la place la plus sure), les autres n'ayant le droit qu'à une place plus "subalterne".

Au début, j'étais parti sur l'idée d'instaurer une démocratie chez les poules, avec la présence d'un seul perchoir, comme ça, tout le monde serait loger à la même enseigne, nom d'un coq en pâte ! Mais étant donné qu'à terme, il y aura six poules, je devais impérativement mettre deux branches. Je verrai ce que cela donne.

Le plancher est en OSB3, résistant à l'humidité.

Les couvoirs

Les couvoirs

A l'intérieur, trois couvoirs, ce qui est largement suffisant pour six poules.

Le caisson des couvoirs

Le caisson des couvoirs

Je pourrai ainsi collecter les œufs directement via ce caisson dont le "toit" se lève via des charnières que j'ai posées.

Bientôt les oeufs frais !

Bientôt les oeufs frais !

Elles ne vont pas être bien mes coquottes pour pondre sur ce lit de paille ? 🙂

Le détail qui tue !

Le détail qui tue !

J'ai même pensé à l'aération à l'arrière du poulailler 😉

La soif de liberté !

La soif de liberté !

Une chose est sure : je tenais à ce que mes poules soient heureuses. Exit donc du confinement par des clôtures autour du poulailler ou elles dépérissent dans 10m2.

Ce n'est pas ma conception d'avoir des animaux. Elles produiront des œufs pour moi, je leur rendrai la pareille avec une belle surface dans laquelle elles pourront s'épanouir.

J'ai mis en place le grillage autour de mon terrain d'environ 2000m2, qui deviendra à terme un verger. Les poules pourront gambader à leur aise dans tout cet espace, à la recherche de vers de terre à se délecter.

Plus tard, pour leur tenir compagnie, J'ajouterai 2 agnelles... mais cela fera l'objet d'un autre article sur mon blog !

Je vous avais promis en début d’article une photo de ma première poule…

Roulement de tambours… la voici ! Elle s’appelle Craquotte :

Notre première poulette !

Notre première poulette !

Pas certain que j'ai beaucoup d’œufs avec elle ! 🙂

Blague à part, je dois terminer de clôturer le terrain avant de faire l'acquisition de mes poules... je vous ferai un nouvel article de blog pour vous les présenter 😉

Nous aurons donc bientôt des œufs bio et frais dont nous nous servirons pour concocter le petit déjeuner. Si vous n’avez pas lu l’article à ce sujet, nous vous invitons à aller le lire !